La pression

Peu importe si la nouvelle saveur et en fait la non-saveur l’emporte sur l’ancienne saveur: au fil des années, de moins en moins seront ceux qui se souviendront de la différence. Crédit photo:  santé Arshad Pooloo, par Unsplash Un autre problème, quoique lié, est celui de l’artisanat dans l’emballage alimentaire. Les aliments précuits, semi-finis (comme les ingrédients à mélanger avec du lait ou de l’eau pour obtenir un pseudo-pudding) ont complètement bouleversé la restauration, aidée par une étrange réglementation pour laquelle tout bar peut devenir un restaurant à condition il dispose d’un four micro-ondes.

A Rome, juste pour donner un exemple, les restaurants (ou pseudo-tels) sont nés comme un champ de champignons après une douche d’été: la cuisine est inexistante, les armoires réfrigérées sont  santé pleines de sacs, de grands et petits pots, de boîtes et de boîtes et le les plats servis au client sans méfiance ont tous la même saveur, qu’il s’agisse de spaghettis à la sauce tomate ou de ragoût de veau aux pommes de terre.

Dans ce cas également

Dans ce cas également, il est nécessaire de jeter les bases pour donner au client la possibilité de choisir entre le “bouchon” dans l’estomac à bas prix ou la connaissance de la cuisine traditionnelle  santé de la région, où chaque aliment a une histoire qui est souvent enracinés dans la civilisation paysanne, des produits locaux typiques, dans la tradition populaire sur fond de recettes transférées oralement d’une génération à l’autre.

Dans ce cas égalementDe par quoi commencer et de ce que l’on peut faire Il y a donc beaucoup à faire. Sur le plan législatif: mention sur l’étiquette de la fabrication artisanale du produit; indication obligatoire des  santé substances utilisées dans le processus de fabrication; le soutien aux produits artisanaux (qui ne signifie pas seulement de l’argent mais aussi et surtout des initiatives publiques visant à valoriser leurs savoirs). Sur le plan factuel: sensibiliser les organisations de consommateurs au problème; initiatives pour la publicité du produit artisanal.

Il faut aussi stimuler la collaboration entre producteurs pour pénétrer plus profondément sur le marché, en profitant également de la crise actuelle des supermarchés, menacée par la concurrence d’Amazon et autres.Ce ne sera pas facile aussi car il ne manquera pas d’opposants et il est certain que les groupes de pression, même au niveau parlementaire national, de l’industrie alimentaire  santé sont nombreux et qualifiés. Un avantage pour obtenir une nouvelle législation est le retard de la législation en vigueur en matière de savoir-faire artisanal, en présence de deux sources législatives,

l’Etat et la régionale, bien que de nombreux doutes subsistent sur l’étendue de la seconde après la réforme constitutionnelle. 2001, avec la disparition complète de la matière artisanale tant parmi les sujets de compétence de l’Etat que de ceux de compétence régionale concurrente.La pression pour des règles plus adéquates se fait de plus en plus sentir mais l’initiative languit. Les régions,  santé confrontées à la perspective de voir des lois contestées édictées dans une zone grise de compétences, ont choisi de rester sur le terrain plus solide des compétences administratives et se sont limitées à réglementer avec leurs propres règles les fonctions administratives relatives à l’artisanat auparavant. exercé par l’État. La loi 445 de 1974 de l’État, qui a également délégué à

Il y a eu des exceptions

l’article 1 la réglementation de la matière aux régions, est en fait restée la source de législation la plus importante sinon exclusive: la réserve de la loi de l’État sur la discipline des professions et les  santé dispositions de la le code civil de l’entreprise santé artisanale ont en effet empêché une configuration régionale de la figure de l’artisan et plus encore de tenir compte de la qualification du produit artisanal en tant que tel.

Il y a eu des exceptions à cet égard à partir de la loi de la région des Pouilles n ° 9 de 2014 qui définissait le moulin à huile artisanal et le maître pétrolier comme responsables de sa gestion, et la loi  santé régionale du Latium n. 17 de 2016 déjà mentionné  santé qui définissait implicitement l’artisan de l’alimentation comme celui qui produit des aliments basés sur les traditions du territoire. C’est un premier pas sur un chemin qui sera très long, mais qui ne peut cependant manquer d’être parcouru pour les raisons illustrées ci-dessus. Il est nécessaire de déplacer l’attention du législateur de la qualification de l’entreprise vers celle de l’association entreprise-produit.

En d’autres termes, il s’agit d’introduire la possibilité d’identifier sur l’étiquette le produit des entreprises artisanales comme artisanal, et ceci notamment en ce qui concerne les produits destinés à la consommation humaine et conformes à la réglementation qui n’établit pas seulement l’utilisation de composants naturels. mais exclure également l’utilisation dans le traitement de produits chimiques nocifs pour la santé.

Une solution au problème

Une solution au problèmeLorsque cela se produit, la qualification d’un produit alimentaire comme artisanal constituera la garantie de son impact non négatif sur la santé, se différenciant ainsi des produits industriels dans lesquels l’utilisation de la chimie est de plus en plus importante (voir par exemple l’acide citrique obtenu par synthèse et largement utilisé dans les confitures et la confiserie).

Une solution au problème peut être la délégation au santé  gouvernement de promulguer un décret législatif contenant les réglementations étatiques en vigueur, correctement coordonnées et intégrées,  santé en termes de production, de commercialisation et de caractéristiques des aliments, une réglementation attendue depuis de nombreuses années par toutes les catégories. concerné. En 2006, une association de producteurs a reçu une contribution du ministère du Développement économique pour l’élaboration d’un projet de code de l’alimentation qui est resté sans suite.

Plus de succès pourrait peut-être être un projet élaboré par un conseil de l’alimentation auquel participeraient tous les représentants des secteurs concernés.Un objectif supplémentaire à atteindre  santé est la mise en place de mécanismes de qualification des artisans de l’alimentation afin d’affiner leurs connaissances professionnelles en les liant. à l’utilisation de produits naturels, sans aucun recours aux produits synthétiques. Ce deuxième objectif peut bien être atteint avec une réglementation régionale adéquate, alors que pour le premier objectif, il faudra recourir à une intégration par l’État de droit 445.

Leave a Reply